La reine des abeilles

Je découvris ton visage une journée d’automne. Vêtue de jaune et de noir, élégante dans ta jupe, je te regardais fixement. Derrière toi, une grande sphère — une demi-sphère — la Nouvelle Terre pour laquelle nous oeuvrons ; devant toi, un vaste public. Tu es belle, éloquente, charismatique ; tes mots sont beaux. Je te regarde et je suis hypnotisée par toi. Je te regarde, ô Reine des abeilles, et je me dis que je voudrais, dans dix ans, être éloquente comme toi, parler comme toi, rayonner comme toi.

« Allons-lui parler ! », me dit une petite voix. Dois-je l’appeler Madame ? Dois-je la vouvoyer, la tutoyer ? Et que lui dire, au fond ?

Près de la géode, vers vingt-deux heures, nous vînmes à ta rencontre. Je m’appelle Ariane, j’ai 24 ans, je suis auteure… Ô grande délicatesse des timidités éprouvées face aux aînés admirés, silencieusement chéris, absolument aimés. Reine des abeilles, que puis-je bien te dire à ce moment-là où j’échange avec toi des premiers mots insipides ? Que puis-je bien te dire hormis ce que je ne te dirai pas (tu étais magnifique) ?

3 octobre 2016, Festival Eklore des Talents et de l’Emploi (FETE) à la Cité des Sciences et de l’Industrie

Tendresse infinie de nos timidités devant nos aînés — ceux que nous perçûmes un jour comme des stars, des idoles ; et qu’étions-nous, nous, petites choses infimes, face à l’immensité de leur œuvre ?

J’ai 24 ans, je suis auteure d’un livre sur les Créatifs Culturels…
Nous nous regardâmes, une fois, et tu me reconnue. Nous voilà désormais liées pour l’éternité.

« Je serai ta grande sœur. Je vais te protéger, t’aider et te soutenir dans tes actions. Voilà déjà plusieurs vies que nous oeuvrons ensemble, toi et moi, et aujourd’hui, nous nous retrouvons. » Solenn Thomas

Cité des Sciences et de l’Industrie, Festival Eklore, 3 octobre 2016

Tu étais belle, ce jour-là, devant la demi-sphère parisienne — prophétique Reine, magnétique, rayonnante sœur d’âme dont l’aura m’hypnotise.
Tu étais belle ce jour froid de décembre, un an après ce premier jour d’automne, dans la Cité des Papes, dans cette grande salle de cinéma. Combien j’étais fière, ce jour-là, d’être sur scène à tes côtés, de m’exprimer timidement à tes côtés — infiniment rassurée par ta présence.

Myriam Bertrand, moi, Solenn Thomas, les réenchanteurs (avec les 2 coachs, Marion Soeur-Warain et Marie Laanatza). 2 décembre 2017, cinéma le Pandora (Avignon)

Dans nos robes d’éclats nous dansâmes au son de la harpe et célébrâmes le long chemin parcouru ensemble.

Tu as ce don pour lire sur le visage des gens leur vraie nature. Ce soir, au Délirium, après la soirée au Pandora, je te demande :

- Quelle est ma vraie nature, Solenn ?
- Ta vraie nature… Tu es une reine, Ariane. Une reine !

Tu es ce tableau dont je ne me lasse jamais.

Texte écrit le 4 avril 2018

organise le 3 octobre à Paris un Festival dédié aux Talents ordinaires et extra-ordinaires. Nous voulons mettre de la féérie pour rompre avec les salons classiques de l’emploi. En complément de la programmation inspirante, nous constitutions une petite équipe de bénévoles conduite sous la baguette d’Emeraude. Votre mission : rallumer les étoiles dans les yeux des gens.
Si vous avez toujours rêvé d’être elfe, fée ou magicien(ne), c’est le moment !

Solenn Thomas, 15 septembre 2016

--

--

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store