Les grandes espérances

Fin août 2016.
Je sens que quelque chose arrive. Quelque chose va émerger.
Anne-Cécile Bras me contacte pour une interview sur RFI. Un garçon m’écrit pour me proposer gratuitement ses services d’audiovisuel.
Sur ma trottinette, trottinant sur un petit chemin dans la nature, je me sens joyeuse. Sur la route de mes rêves. D’ailleurs, un an plus tôt, c’est ce que j’avais écrit sur mon site web.

“L’école et l’université m’ont beaucoup appris, mais elles n’ont su combler cette soif de connaissances sensibles, d’expériences esthétiques, d’aventures extraordinaires. Depuis quelques mois, me voici sur la route de mes rêves d’enfant.”

Ce garçon, c’est Christian.
Le garçon qui réalisera toute la communication audiovisuelle d’Un Monde Réenchanté.

Septembre 2016.
Waouh. Je suis devant la grande tour de France Médias Monde à Issy-les-Moulineaux. Je rentre. Impressionnée. Je dis que je suis invitée par Anne-Cécile Bras. La dame de l’accueil me dit de m’asseoir ici. Anne-Cécile va arriver.
Dans le studio, je me sens bien. J’ai une bonne confiance en moi. Je me sens portée par une belle énergie.

A Paris, j’en profite pour rencontrer quelques personnes.
C’est l’anniversaire de Laurie. Je ne connais pas cette fille, c’est la première fois que nous allons nous rencontrer. Mais c’est son anniversaire, alors, lors du rendez-vous, je débarque avec un énorme gâteau sur lequel reposent des bougies.

Comment j’ai connu Laurie ? C’est une drôle d’histoire.
Quelques semaines avant notre toute première rencontre parisienne, je participe à une soirée à Uzès. Jeff m’a mis dans la boucle des soirées apéro-business.
C’est la première fois que j’y participe. Je suis un peu timide et espère arriver à m’intégrer au sein de cette foule de gens. Chance : tout est fluide.
C’est un post-it collé sur le mur qui me mènera à échanger avec Yann Dortindeguey. On discute, on s’entend bien, et Yann me propose ses services pour la création du site internet d’Un Monde Réenchanté.
Allez. C’est parti. Quelques jours après, je passe chez lui à Uzès.
- Tu connais Laurie ? Laurie Thinot ? me lance t-il.
- Laurie Thinot, Laurie Thinot… Hmmm… Ca me dit quelque chose.
Effectivement, Laurie et moi sommes amies sur Facebook. Mais je ne sais pas qui elle est. Elle m’a ajouté sur Facebook cet été, après m’avoir découverte sur LaPrimaire.org.
- Tu devrais lui parler… C’est une fille super…
Yann me confie qu’il est un peu amoureux de Laurie. Rhooo. C’est mignon !
Je contacterai Laurie le soir même.

Dans la bibliothèque de Yann, la Théorie U. Incroyable ! LE livre que je cherchais ! Il me le prête. Je ne lui ai toujours pas rendu.

Finalement, c’est Laurie qui réalisera le site web d’Un Monde Réenchanté.
Ce jour de son anniversaire, Christian aussi est là. C’est aussi ma toute première rencontre avec lui. Entre joyeux lurons enthousiastes, on s’entend bien.
Christian nous embarque dans une soirée chez des hippies-bouddhistes. Sur la route, je discute avec Laurie. Je ressens une très forte proximité intellectuelle avec elle. Ce n’est que deux ans et demi plus tard que nous approfondirons vraiment notre amitié.
- Dis, tu connais Solenn ? Solenn Thomas ?
- Et comment ! me répond Laurie. C’est moi qui ai fait le site d’Eklore…

La magie des rencontres continuait donc d’opérer. Mon éditeur Yves Michel vient de m’envoyer une invitation pour participer au Festival Eklore des Talents et de l’Emploi (FETE), dont il est partenaire. Impossible de rater ça ! Solenn et moi sommes mystérieusement amies sur Facebook depuis quelques temps, mais je n’ai aucune idée de son identité.
Deux semaines plus tard, le 3 octobre, je me retrouve à la Cité des Sciences et de l’Industrie avec Christian, que j’embarque avec moi dans l’aventure.

Quelques semaines plus tôt, un autre garçon me contacte sur Messenger.
Un certain François, François Lechevalier. Drôle de message ! Il m’écrit : “Je ressens qui tu es.” Lui aussi m’a trouvé sur LaPrimaire.org. Un an plus tard, François deviendra le petit ami de Laurie. Que Laurie quittera ensuite.

Le lendemain de la FETE, ce 4 octobre 2016, nous sommes quatre autour de la table. Un dîner fort sympathique dans le bistrot en face de chez Solenn, rue Quincampoix. Christian, moi, Solenn, et François que j’ai embarqué dans l’histoire.
Sur un ton à la fois gai et solennel, Solenn nous dit :

« On a une grande mission pour la France ! »

Cela m’a tellement marqué que je m’en souviens encore. J’étais heureuse, ce jour-là, de sentir que j’avais une grande mission. Allez, qu’on rigole un peu, quoi ! Un peu de piment dans nos vies !
Solenn nous sort un channeling de dix pages. Un message qu’une dame lui a transmis, un message des anges, ou d’êtres interdimensionnels, peu importe. Bref, un message très précis qui ne vient pas de la Terre. Elle commence à nous le lire. Au bout d’un moment, François la coupe. Cela devient trop long. Mais on a bien compris l’intention, le message.
On passe une bonne soirée. Ce soir-là, il ne manque qu’une personne.
Laurie.

Laurie
François
Solenn
Christian

Novembre 2016.
J’ai mon tout premier rendez-vous avec Damien. Dans quelques jours, je participe au Congrès International de l’Intelligence Collective qui aura lieu au Palais des Papes, organisé par MOM21 et Visions Collectives. Damien trouve ça étrange que l’Université d’Avignon n’ai pas été sollicitée.

“Visions Collectives, c’est avant tout une histoire d’amitié et de transmission. Amis de longue date, Robert Dilts, Deborah Bacon Dilts et Gilles Roy décident de choisir l’Intelligence Collective comme axe d’exploration pour influencer positivement le monde.
Sensibles au principe « Pensons globalement, agissons localement » (René Dubos), ils posent les bases d’un projet à la fois local, national et international qu’ils baptisent « Visions Collectives ».”

En vérité, si je me trouve au Palais des Papes ce jeudi 10 novembre 2016, ce n’est pas spécialement par conviction pour l’Intelligence Collective. C’est pour rencontrer Véronique Campillo, alias « Véro », la traductrice de la Théorie U.

C’est en lisant l’exemplaire de Yann que je découvre que Véronique Campillo est la traductrice de la version française. Bon. Si je veux utiliser le processus du U pour les expéditions d’Un Monde Réenchanté, il faut que je sois calée sur le sujet ! Ce processus du U, je l’ai moi-même vécu lors de mon aventure Ticket for Change en 2014.
Le livre d’Otto Scharmer, Théorie U, diriger à partir du futur émergent fut pour moi une de ses lectures qui vous marquent à vie, et pire que ça, qui influencent votre destin. La révélation. Quelque chose dans son propos collait complètement avec mes propres intuitions sur la vie.

Je découvre que Véro est auteure chez mon éditeur, Yves Michel. Elle dirige la collection Intelligence Collective. Ni une ni deux, je la contacte sur Facebook en lui disant que je suis aussi auteure chez Yves Michel. Cela tombe bien, elle sera à Avignon dans quelques jours ! Elle me propose de nous rencontrer au Palais des Papes ce 10 novembre 2016, puis me propose un atelier gratuit de deux jours avec toute ma petite équipe.
Waouh ! Carrément. J’accepte.

Au Congrès, je retrouve Jérôme Lavens, un monsieur que j’avais rencontré en janvier 2014 lors de mon séjour aux Amanins sur le stage “devenir éco-entrepreneur”. Depuis, Jérôme est devenu facilitateur graphique.
Je rencontre un autre monsieur avec qui je discute. Jean-Michel Vincent. Quelques mois plus tard, Jean-Michel m’emmènera en Alsace, à Kingersheim, où je retrouverai Charlotte Marchandise pour un rassemblement de deux jours appelé « Chrysalide Citoyenne ». Je garde un mauvais souvenir de cet événement.
Deux ans après, drôle de coïncidence, Jean-Michel me mettra en contact avec Sacha, le neveu de Damien.

Communiqué de presse
“Ce week-end des 18 et 19 février 2017 s’est réunie à Kingersheim une assemblée de plus de 90 citoyens, appartenant à divers mouvements et collectifs en chemin vers une démocratie renouvelée. Organisé par des citoyens bénévoles et l’association Sud-Alsace Transition, cet événement a eu lieu à Kingersheim, haut-lieu de la démocratie participative depuis des années. Son maire, Jo Spiegel a ouvert les débats.
Des candidats à l’élection présidentielle ont été invités. il s’agissait de réunir ceux qui se reconnaissent dans une démarche de promotion de la démocratie réelle et du pouvoir citoyen et défendent la souveraineté du peuple, y compris au-delà des strictes échéances électorales.”

J’écoute les conférences au Palais des Papes, et surtout celle de Robert Dilts, le Pape de l’intelligence collective. Je vois mon livre sur les Créatifs Culturels dans l’espace librairie, pas loin de la Théorie U. Ca fait toujours plaisir !

Véro est là. On discute. On participe à quelques conférences ensemble. Et le lendemain, on se retrouve chez moi, à 10h, avec une partie de ma petite équipe. C’est parti pour deux jours intenses !

« Je savais que d’une manière ou d’une autre, cela allait fonctionner. Juste parce que nous avons ouvert un chemin et que nous l’avons suivi. »
— Gary Wilson, cité dans la Théorie U.

Une partie de l’équipe d’Un Monde Réenchanté, avec Véro. De gauche à droite : François, Robin, Véro, Justine, Christian, Manon, moi.

La formation s’appelle « les mots de l’excellence ». J’ai un souvenir un peu vague. Je me souviens que Véro nous faisait beaucoup réfléchir sur notre histoire, sur les événements marquants de notre vie, sur ce qui nous a poussé à passer à l’action chaque fois que nous sommes passés à l’action. On réfléchit, on écrit, on échange en groupe ou à deux, on dessine sur des grandes feuilles, on schématise, on travaille en collectif et individuellement. Bref, on active nos neurones pour essayer de démêler le fil de notre vie et comprendre ce pour quoi on est vraiment doué, notre talent unique, via notre mode d’action. C’est tout un truc, tout un processus de compréhension, de dévoilement, sous l’oeil avisé de Véro.

“Fondatrice de ChangeTonFutur, j’ai développé une méthode permettant à chacun d’identifier ses talents au travers de la découverte de son mode d’action unique, qui fait sa singularité et le conduit à l’expression de sa vocation.
L’expression est au cœur de ma pratique depuis plus de 25 ans… Après plus 10 ans passés à l’international, j’ai exercé le métier de traductrice pendant 15 ans. J’ai eu l’intuition que je pouvais réellement aider les personnes à réécrire leur histoire afin de réussir la prochaine étape de leur évolution. J’ai découvert que le passage à l’action ne peut se faire qu’à partir de l’alignement intérieur, des mots justes et de la clarification de l’identité narrative.”

Le stage arrive à sa fin. Maintenant que j’y repense, c’était vraiment passionnant. Nous repartons avec de beaux tableaux et schémas qui sont comme des boussoles pour y voir plus clair sur nous-même.
Robin est un peu agacé que Véro et François me voient comme une sorte de prophétesse des temps modernes. Véro pense que j’ai une sorte de pouvoir magique très particulier. Elle ne formule pas les choses ainsi, mais c’est l’idée.
Sur mon tableau, elle me dit d’écrire : “Guide et chemin du divin sur la Terre.”
Ca promet !

Bon. Voilà. J’ai le logo du projet, bientôt un site internet, des coachs, une bonne compréhension de la Théorie U… Maintenant, y a plus qu’à ! Mon objectif : créer une sorte de Ticket for Change à la sauce Ariane Vitalis. C’est pas gagné, mais… Ca avance.

Nous sommes toujours en novembre 2016. Quelqu’un me propose d’aller voir Amma à Toulon, je ne sais plus trop qui. Bon public, intéressée et curieuse de pas mal de choses, j’accepte. Amma, Amma… La sainte indienne ! Allez, soyons fous.

“Etreindre le monde”, peut-on lire dans la grande salle du Zénith de Toulon. C’est la maxime d’Amma. Tout en haut des escaliers, je retrouve par hasard Nicolas Demailly, ancien chanteur et guitariste du groupe Caravane Namasté. Voilà déjà longtemps que nous nous connaissons.
Il y a encore peu de temps, Nicolas me demandait d’imprimer des photos d’abattages pour qu’il puisse les coller sur les vitres de McDo. Maintenant, je le retrouve dans un tout autre style. Fini le militantisme. Je me retrouve encore avec cette population de gens qui ressemble à celle que j’avais croisé à la soirée hippie-bouddhiste où Christian nous avait amené moi et Laurie.
Bon, bon, bon… Je ne me sens pas mal, mais je ne reviendrai pas.
Nicolas me propose de m’en dire un peu sur mon avenir en canalisant des messages (d’êtres interdimensionnels, archanges… bref, quelque chose comme ça). J’accepte.
Nicolas rentre dans une sorte de transe. Waouh ! C’est assez impressionnant à voir. C’est le soir, et il y a toute cette ambiance particulière autour d’Amma.
- Tu vas créer des projets. Pas que matériels. Spirituels. Tu es un maître. On va vouloir te tuer. Tu sais ce que c’est un maître ?
- Euh, pas précisément… Quelqu’un qui montre la voie ?
- Oui.

Amma

Nicolas sort de sa transe. Je me souviens de ce moment et des mots qu’il a prononcé.

Je continue ma soirée. Je fais la queue pour recevoir l’étreinte d’Amma. Si je suis là, ce n’est pas pour rater ça ! Au bout d’un moment, c’est mon tour. Je me retrouve dans ses bras pendant quelques secondes, avant d’être éjectée par des gardes vers la sortie. Elle me susurre quelques mots en langue indienne et me donne une petite carte sur laquelle il est écrit un mantra. Bon. J’avoue que je suis déçue.
- Alors alors, t’as ressenti quoi quand elle t’a prise dans ses bras ?
- Bah… Rien.

Beaucoup de gens ressentent des choses incroyables à son contact. Moi, rien. Mais rien du tout, pas la moindre émotion. A cette époque, je me demandais si j’étais moins spirituelle que d’autres. Je me demandais si je passais à côté de quelque chose, si je comprenais moins de choses que certains. Maintenant, je peux dire clairement que je n’aime pas Amma. Et qu’elle n’est pas une sainte.

Année 2017.
Un Monde Réenchanté prend forme. Avec Solenn, Myriam, Laurie, Christian et les autres, on arrive à des résultats pas mal.

Le documentaire de l’Expédition #01 au Maroc

Année 2018.
C’est là que les choses commencent à flancher. Maintenant que nous avons fait cette première expédition, il faut imaginer la suite. Et c’est là que ça devient compliqué.
J’ai de bonnes pistes, mais c’est tout de même le brouillard. Je vis un second épisode psychiatrique, assez similaire à celui de 2014 lors du dixième jour de l’aventure Ticket for Change.
Je n’y vois pas clair du tout. J’en parle à Véro. Elle me propose de voir un très bon médium qu’elle connait bien, dans sa ville. Why not ? Cela me fera bouger d’Avignon.
Je passe quelques jours à Strasbourg. J’ai un peu peur de cette séance avec ce monsieur ! Véro me dit de ne pas m’inquiéter, qu’elle restera avec moi.
Un peu comme Nicolas, il entre dans une sorte de transe qui lui permet d’entrer en relation avec les plans subtils. Il canalise des informations, me fait me déplacer dans la pièce, me demande de me déplacer soit à gauche soit à droite en fonction de mon envie. C’est tout un truc ! Véro me dit qu’il va “m’enlever le mal”.
Il me dit qu’il y a extrêmement peu de mal en moi. Rebelote, il me dit aussi qu’on va “vouloir m’agresser, m’attaquer”. Pas sur un plan physique, mais sur un plan moral. Il me dit que je vais énormément souffrir. Super ! Ok, bon… Je lui sors :
- Je vais être heureuse ?
Parce qu’au bout du compte, l’important, c’est surtout la fin de l’histoire.
- Très… très
Il a dit ça comme ça. Il a dit “très”, mais sur un ton… profond. Dans l’intonation de sa voix, j’ai ressenti que c’était… très fort.

La séance arrive à sa fin. Un monsieur qui est présent me joue une musique au piano, et il me dit : “ce que je viens de jouer, c’est ta musique.” Il voulait dire par là que c’était une musique qui correspondait à mon âme.
Le médium dit à Véro qu’il faut qu’elle m’emmène au Mont Sainte-Odile. Véro lui demande si c’est une nécessité. Il répond oui.
Alors le lendemain, on part balader là-bas. Véro me montre un tableau dans une pierre.
- Tu connais cette scène ? me demande t-elle.
- Euh… non.
- C’est la scène du Christ avec Ponce Pilate. C’est ce que tu vas vivre. C’est ce qu’il m’a dit hier. Qu’est-ce que tu vois autour d’eux ?
- Euh… Je sais pas, des gens…
- La foule. La foule en colère.

On termine notre balade autour d’un sandwich dans la petite cafétéria du Mont Sainte-Odile. J’encaisse ces infos, entre interrogation et perplexité. Parfois, j’y repense. Je me demande si tout cela est vrai, et dans quelle mesure. Je repense aux voyantes parisiennes que je suis allée voir quand je ne comprenais plus très bien vers quoi allait ma vie. Une me disait : “Je vous vois aller à la rencontre de maires, d’entreprises…” Une autre me disait que mon destin était flou.

Année 2019.
Je pars vivre à Paris, où je renoue avec Tonton Pascal et Laurie. Toujours en quête de faire marcher Un Monde Réenchanté. Mais plus avec le même élan qu’au début, il faut l’avouer.
Voilà bien vingt-cinq ans que Tonton, cinquantenaire, est parti vivre à Paris. Maman nous trouve souvent des points communs. Elle ne sait pas que Pascal et moi sommes surdoués. Enfin, elle le devine.
Dans la grande maison de famille, petite, pendant les vacances, j’aimais fouiner dans la chambre de Pascal. Dans sa bibliothèque, il y avait toute une pile de livres de la collection “Aventures Secrètes”. Elle est toujours là, d’ailleurs. Rien n’a bougé.
Quand il était jeune, Tonton s’intéressait aux extra-terrestres, sûrement parce qu’il s’intéressait avant tout au Cosmos et à notre place dans l’Univers. Je crois que pendant toute une période de sa vie, il a caché aux autres cet intérêt. Je crois qu’il avait honte d’y croire, alors il préférait faire comme s’il n’y croyait pas. Peut-être que ça lui a fait du bien de découvrir que quelqu’un de sa famille a les mêmes convictions que lui.

Année 2020.
Une drôle d’année, il faut bien l’avouer. Une année qui se termine. Toujours une suite d’indices sur ce que je vais faire dans le futur, et des réminiscences, mais toujours pas de concret. Le présent m’ennuie souvent, il faut aussi l’avouer.
Quand je désespère, je relis le message que m’a canalisé Sara, en 2017. Elle dit que c’est un message de mon âme (et non pas d’archanges ou êtres interdimensionnels). Drôle de coïncidence, Sara habite maintenant à… Uzès.

“Je sais déjà tout cela.
Je le sais depuis que je suis née.
Alors quelle différence pour mon demain ?
Je suis à l’écoute de tout
et j’oeuvre déjà.
Que puis-je améliorer ?
Oui là, ici et maintenant
Je suis une guerrière.
Quelles sont mes armes ?
Je n’en ai pas besoin.
Et pourtant parfois quelque chose arrive en moi.
Une sensation de lointain et mes idées sont moins claires…
Une émotion par-ci par-là et je me perds un instant.
Ne crains rien ma petite chérie
car tu es immense comme la mer, comme la Terre entière.
Le soleil danse en toi et les chimères ne t’étonne guère.
Alors dis-moi qui parle en moi quand je ne suis pas claire.
Je suis toujours là et parfois le chemin est une découverte de l’instant.
C’est pour que tu puisses comprendre le monde et le processus de création où quelque chose se transforme, prend fin et tout renaît.
Tes confrères vivent ainsi et il est nécessaire de voir les recoins de leur réalité.
Même si ton demain est radieux car tu le crée ici et maintenant, tu peux t’accorder un instant pour renforcer ta terre, et ton instrument sera comme une voix qui parle le futur adéquat pour une humanité libre du noir qui la tire vers le bas.
Souris toujours à la vie car elle t’emmènera loin, très loin au centre de toi.”

Christian et son stagiaire en train de filmer Sara et Candice (réenchanteuse) pour les vidéos d’Un Monde Réenchanté

Ma rencontre avec Sara était aussi particulière. Sara connaissait déjà Laurie et Myriam avant notre rencontre. Je crois me souvenir que c’est Laurie qui avait dit à Sara de me contacter. Nous sommes devenues amies en peu de temps et j’ai écrit la préface de son tout premier jeu de cartes de développement personnel, publié chez mon éditeur, dans son autre maison d’édition, le Souffle d’Or. Le jeu s’appelle “Les cartes d’or”.

“En chemin”, le documentaire sur la famille italienne de Sara

Sara m’avait proposé de participer à Un Monde Réenchanté en offrant à tous les réenchanteurs (et à l’équipe) une séance d’une heure avec elle, à Paris. Tous les réenchanteurs sont partis au Maroc avec un petit message-boussole de leur âme, canalisé par Sara. Je crois que ça a beaucoup de valeur pour chacun de nous. En tout cas, pour moi, ce message a beaucoup de valeur. Je garde le papier manuscrit très précieusement dans un carnet.
De tous les messages que l’on a pu me transmettre de “l’au-delà”, celui de Sara est le plus juste, le plus fort, le plus profond et le plus signifiant pour moi.

Sara, Myriam et une partie des réenchanteurs, un peu avant leur départ au Maroc. Paris 11ème, centre culturel iranien “Pouya”.
Myriam

--

--

Get the Medium app

A button that says 'Download on the App Store', and if clicked it will lead you to the iOS App store
A button that says 'Get it on, Google Play', and if clicked it will lead you to the Google Play store